top of page

Et chez nous, l'IEF, ça se passe comment ?




J’ai commencé à m’intéresser à l’IEF ou Instruction en Famille lorsque Lana est entré en petite section de maternelle. Je me suis rendu compte de l’incohérence dans les apprentissages donné aux enfants, des rythmes non respectés, des maîtresses qui étaient dépassées (et pourtant Lana à eu, en générale, de très bonnes maîtresses), de certaines choses apprissent qui n’était absolument pas en phase avec nos valeurs…


Avec la naissance d’Emmy et la maladie de mon papa j’ai fais le choix de laisser Lana à l’école, en plus elle s’y plaisait vraiment bien, et le 1er confinement est passé par là. C’était la fin de la grande section pour elle. J’ai vraiment eu le regard sur le travail qui était donné à Lana et clairement, je n’étais pas d’accord avec pas mal de choses. Certains exercices, certaines poésies ou même lectures proposées étaient en total désaccord avec nos valeurs ! Pour nous le choix à été vite fait, puisque finalement je m'étais penché sur le sujet depuis quelques années, Lana n'a plus remit les pieds à l'école. Bien sûr nous en avons parlé avec elle et elle était d'accord elle aussi. Elle est juste retourné une journée ou deux à l'école pour dire au revoir à sa maîtresse et ses camarades de classe.


De toute façon notre projet était de partir voyager donc nous aurions dû faire l’IEF quoi qu’il arrive, nous avons juste commencé plus tôt.


Comme je ne me sentais pas de lui apprendre à lire et à écrire, j’ai comparé pas mal de cours par correspondances, et mon choix s’est arrêté sur Les cours Pi. Donc depuis la rentrée, Lana suit les Cours Pi. Les cours sont bien faits, nous passons certaines choses qui ne nous correspondent pas, mais nous n’avons vraiment rien à reprocher aux cours pi. Les cours sont plutôt clairs, nous pouvons y aller au rythme de Lana, aucune pression.


Le seul problème, et pas des moindre, c’est que Lana n’est pas scolaire du tout… Elle est très curieuse, s’intéresse) plein de choses, apprend très vite (quand ça lui plait) mais ne supporte pas les supports scolaires. Il suffit qu’on lui sorte son cahier de cours pour qu’elle se mette à pleurer. Alors qu’elle apprendrait sans aucune difficulté le jour où elle y trouve un intérêt.


Parfois je vous avoue que c’est très compliqué, elle met notre patience à rude épreuves. Surtout que quand elle ne veut pas (c’est-à-dire à peu près à chaque fois qu’on lui sort un cahier 😅 ) elle traine à n’en plus finir.


Pour cette année nous terminons les cours pi (ça coute un bras quand même😅 et puis il faut dire ce qui est, pour une année de CP ça nous rassure, nous parents, d'avoir ce support ) et on réfléchit pour septembre à la passer en unschooling. Je pense que ça lui conviendra beaucoup mieux. Mais là c’est à nous, parents, de lâcher des peurs et des croyances. La peur qu’elle n’apprenne plus rien, qu’elle ne puisse pas réussir dans la vie… alors que je sais très bien que les enfants unschooleurs ne sont pas moins bien loti que les enfants scolarisés sur la poursuite d’études (au contraire).


Je pense vraiment que c’est la meilleure solution pour elle et de toute façon lui faire apprendre de façon formelle alors qu’elle ne supporte pas ça, ne fera que la braquer pour tout le reste de sa scolarité !


Pour Emmy, qui est en petit section de maternelle, nous avons choisis le unschooling sans hésiter. A trois ans il était clair pour nous qu’elle n’avait pas besoin « d’apprendre » sur des supports formels. Et évidement, voyant sa sœur faire, on lui a acheté des cahiers type « vacances » et on ne l’arrête plus🤣 . Elle adore ! Si on ne l’arrêtait pas elle en ferait un par semaine sans problème !

Du coup on en a une qui pleure parce qu’elle ne veut pas faire ses cours et l’autre qui pleure parce qu’elle ne veut plus s’arrêter ! 😅


Et pour nous, parents ?


Et bien ce n’est pas tout rose, tous les jours. L’IEF demande une sacrée dose d’organisation, de lâcher-prise et de patience !

J’aime beaucoup faire l’IEF avec les filles, mais comme j’ai mon boulot à côté, c’est souvent Mathieu qui s’en charge. Et on ne peu pas dire qu’il ait une patience à toutes épreuves 😅

Moi non plus d’ailleurs, parfois ça m’arrive de craquer et de perdre patience, c’est un métier à part entière être professeur ! Et nous, nous sommes parents !


Mais on ne regrette pas notre choix ! Lana non plus d’ailleurs, même si elle n’aime pas ses cours, elle n’aime pas apprendre à l’école non plus... et à la maison, enfin en camping-car pour le coup, elle a beaucoup plus de temps libre, du temps pour se promener, et pour jouer ! Donc ça lui va bien aussi.

Et nous, en dehors de nos choix d’apprentissages, quand on voit la situation actuelle, masques, vaxxxins, distanciations, on est vraiment heureux d’avoir fait ce choix.


Et chez vous, comment vous vivez la scolarisation (école ou ief) ou la non scolarisation, de vos enfants ? N'hésitez pas à m'en parler en commentaire !

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page